HISTOIRE D’UNE MYSTIFICATION

 

La photo d’une tombe, l’histoire sommairement racontée, une épitaphe curieuse, et une mystification apparente sont les corollaires d’une belle histoire que je vais maintenant vous narrer.

En cette année 1875  ,la ville blanche, au vieux port gardé par une double sentinelle de pierres est encore ceinturée de murs, enfermée sur son passé, close sur elle même, cernée par les marais et les vignobles. Les tours Saint Nicolas, de la Chaîne, de la Lanterne rappellent le lointain souvenir d’une splendeur oubliée.

A quelques kilomètres en direction du village de Laleu, un hameau nommé Saint Maurice se dresse le long du chemin, quelques maisons de paysans, des maisons de campagne de riches bourgeois ou d’écrivains célèbres et un cimetière. La vue est dégagée sur la mer et les embruns parfument les champs voués aux vignes et à l’avoine.

Entre La Rochelle et Saint Maurice à gauche du chemin quelques bâtisses sans prétention, l’endroit s’appelle L’épine. L’une des maisons appartient au sieur Joguet, propriétaire il loue sa maison à deux femmes, la première est âgée  d’une vingtaine d’années à la remarquable beauté et l’autre plus vieille qui semble être sa gouvernante.

Malheureusement la belle fleur est minée par un mal incurable et l’air de Saint Maurice accélère les méfaits de la tuberculose.

Luttant de toute sa jeunesse, la petite se débat contre les affres de la mort, assistée avec amour par la vieille dame. Hélas c’est sans espoir et l’enfant s’éteint le 8 mai 1875.

La vieille madame Coras, qui avait veillé sur la mourante envoya Améric Goumard le domestique et François Joguet le propriétaire à la mairie de Laleu dont dépendaient L’épine et Saint Maurice pour y faire la déclaration de décès.

Emile Béraud le maire prit la déclaration et vint vérifier que la dite était bien morte.

Joséphine Marie Ménard âgée de 20 ans est décédée à 8 heures ce matin en son domicile de l’Epine.

Elle fut portée en terre le  10 mai 1875 au cimetière de Saint Maurice et il ne semble pas qu’une foule nombreuse eut suivi le corps de la défunte.

Jusque  là rien que de plus banal, une jeune femme parmi d’autres décède de ce fléau redoutable à l’époque et que la balbutiante médecine ne pouvait encore guérir,

Le mystère autour de ces deux femmes commença donc après que Madame Coras eut demandé au tailleur de pierre de graver l’inscription suivante.

CI GIT

NORMA TESSUM ONDA

NÉE LE 18 SEPTEMBRE 1854

DÉCÉDÉE LE 8 MAI 1875

L’artisan intrigué par cette épitaphe bizarre eut comme réponse qu’il y avait eu substitution d’enfant et que Joséphine Ménard n’était pas la fille d’un pauvre tisserand de Saint Macaire les Mauges.

Le mystère commença et ce n’est pas les quelques affaires appartenant à la morte qui étouffèrent la rumeur qui commença à se répandre.

La petite serait en fait la fille du célèbre poète Alfred de Musset née de sa relation avec la tout autant célèbre écrivaine Georges Sand.

TESSUM serait en effet l’anagramme de MUSSET et Norma celui de roman, il ne restait plus à dire que ONDA était  presque celui de SAND et le tour était joué.

A cela s’ajouta la ressemblance de son  tombeau avec celui de son père présumé sis au cimetière parisien du père Lachaise

ressemblance des formes et de la lyre gravée sous l’épitaphe

La grande manipulatrice que fut Madame Coras produisit également des livres de Musset dédicacés à sa fille.

Un chroniqueur nommé Aurélien Scholl lança l’affaire quelques années plus tard et elle fit grand bruit.

Examinons maintenant le champs des possibles.

Josephine serait née d’une liaison de Musset avec George Sand, mais elle est née en 1854 et la liaison tumultueuse entre les deux écrivains s’est achevée définitivement en 1835. Il faut également rappeler que Aurore Dupin ( George Sand ) née en 1804 avait 50 ans et que les chances naturelles d’une maternité étaient somme toutes réduites.

En ce qui concerne les dédicaces il est plutôt cocasse de croire que le célèbre auteur eut dédicacé des livres à sa fille de 2 ans et demi, car il est bon de le rappeler Musset est mort le 2 mai 1857.

On voit donc que rien de bien sérieux ne vient étayer cette fable, Joséphine est bien née à Saint Macaire en Mauges dans le Maine et Loire de Charles et de Jamin Jeanne, elle fait partie d’une fratrie de 13 enfants et a été confiée aux soins de Madame Coras née Thomas qui possédait une maison dans le village. Cette dernière intrigante et demi mondaine éleva la petite à son image, elles vécurent ensuite à Paris comme de nombreuses femmes galantes. Il semble qu’elles fréquentèrent un certain nombre d’hommes politiques et que c’est pour les suivre dans leur emprisonnement dans les prisons de Charente Inférieure qu’elles s’installèrent dans la banlieue Rochelaise.

Madame Coras et Joséphine pour se donner des grands airs s’inventèrent cette filiation et c’est pour continuer cette supercherie que la survivante fit graver ce nom bizarre cette lyre et construire  cette tombe identique à celle du grand homme.

En tira t’ elle des fruits, là est la question, elle demeura à Saint Maurice quelques années mais s’éteignit en 1881 chez les petites sœurs des pauvres en la commune de Tasdon.

Sans cette tombe préservée, Joséphine Menard fille d’un petit tisserand de Maine et Loire serait oubliée depuis fort longtemps. Sa vie courte au demeurant  de demi mondaine en compagnie de l’intrigante Françoise Coras aurait disparu comme une poussière au vent de l’atlantique tout proche.

L’idée d’écrire un texte sur le sujet m’a été donnée par un membre du groupe Charente Maritime.

acte naissance Joséphine Menard alias Norma Tessum onda :https://www.archinoe.fr/v2/ark:/71821/038ad3688cdfd9ed4bb58a6cccdde939

acte de décès Joséphine Menard alias Norma Tessum onda :  http://www.archinoe.net/v2/ad17/visualiseur/registre.html?id=170027536

Acte de décès Françoise Thomas veuve Alphonse  Coras : http://www.archinoe.net/v2/ad17/visualiseur/registre.html?id=170022616

Publicités
Cet article a été publié dans DÉCOUVERTES. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour HISTOIRE D’UNE MYSTIFICATION

  1. Ping : Revue de blogs – Septembre 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s