LE CRASH DE JACQUES DARTEVELLE EN MISSION AU DESSUS DE LA POCHE DE LA ROCHELLE


dewoitine

A bord de son Dewoitine D 520 le lieutenant Jacques DARTEVELLE vient de décoller de l’aérodrome de Cognac Chateaubernard pour une mission au dessus de la poche de La Rochelle.

Nous sommes le 1 mars 1945, la France est presque entièrement délivrée de la botte Nazie. Seules quelques poches allemandes subsistent sur notre territoire.

Jacques est pilote de chasse au sein de la GC II/18 Saintonge anciennement FFI Doret. Ce groupe ayant été reconstitué après la libération en 1944, est constitué d’avions trouvés à l’usine SNCASO de Blagnac. Il  est positionné à Bordeaux Mérignac avec un détachement sur la ville de Cognac où se trouve le commandement des forces aériennes atlantiques.

Dans l’attente de recevoir des Spifires, les pilotes français volent avec des Dewoitine D 520. Avions français , d’une envergure de 10 m et d’une longueur de 8,75 m, ils peuvent  atteindre la vitesse de 540 km/h. Lors de la campagne de France en 1940, ils ont largement prouvé leur efficacité face au Messerschmitt 109 de la Luftwaffe. Ils sont armés de 4 mitrailleuses et d’un canon de 20mm, bien qu’un peu moins rapides que leurs concurrents ils sont plus maniables et sont les seuls avions de la chasse française à pouvoir le concurrencer .

 

L’efficacité du matériel et la bravoure des pilotes ne purent compenser la mauvaise stratégie du haut commandement et la faiblesse du nombre de ces avions remarquables.

jacques-dartevelle

 

Le lieutenant est expérimenté et compte une victoire homologuée à son actif.

Cette action eut lieu le 12 mai 1940 au dessus de la Belgique où à bord d’un Morane Saulnier Ms 406 il abattit en compagnie de trois autres chasseurs un Henschel 126.

Ses nombreuses missions et ses différents combats lui ont valu une première citation le 3 juin 1940, accordée par le Général Astier commandant la zone opération aérienne Nord.

Le 20 mai 1940 il a également fait acte de bravoure alors qu’il était en mission de couverture.

Seul, il a attaqué une importante formation allemande de bombardement . Au cours de l’engagement atteint par de nombreux projectiles il a posé son avion en feu dans les lignes françaises .

Ce brillant fait d’arme lui permit d’obtenir sa deuxième citation, accordée par le Général commandant en chef des forces aériennes françaises en date du 23 juin 1940

En ce mois de mars 1945, la ville de La Rochelle est encore aux mains de l’armée Allemande, son chef le contre amiral Stirlitz n’est pas un fanatique Nazi et ne compte pas détruire la ville et ses installations portuaires. Les français désirant préserver ce port atlantique et ne pas le voir soumis à une destruction assurée, commencèrent des négociations en la personne du capitaine de frégate Meyer.

Les deux marins, le français et l’allemand en hommes d’honneur s’entendirent et une convention fut signée entre Stirlitz et Meyer émissaires du gouvernement provisoire de la République Française.

Cet accord signé en octobre 1944 délimitait deux zones, une aux mains des allemands et l’autre des français . Entre les deux, une zone formait tampon.

Les 17000 hommes de la garnison Allemande étaient encerclés par les forces françaises de l’intérieur venues des maquis du grand Sud Ouest. Peu à peu remplacées par des forces régulières où s’amalgamaient des jeunes recrues et des anciens FFI aux ordres du colonel Chêne.

La principale préoccupation des troupes allemandes encerclées ,était la subsistance .  La difficulté de se procurer des vivres fut la cause des combats dans la poche de La Rochelle.

Le 1er mars 1945, 3000 allemands fortement armés soutenus par de l’artillerie et des mortiers tentèrent une percée au centre et au sud du secteur contrôlés par les hommes du 114 Régiment d’infanterie.

Cette attaque en direction de Mauzé sur le Mignon et Saint Hilaire la Palud amène la prise de Saint Jean de Liversay. La 2ème et la 8ème compagnie sont acculées à la reddition par manque de munition.

Le petit village ne restera que quelques heures aux mains des Allemands, une violente contre attaque des hommes du colonel Chaumette les contraindront à faire repli dans leur zone en emmenant un bien maigre butin à savoir quelques têtes de bétail, deux chevaux et des vieux véhicules agricoles.

Malheureusement cette stérile incursion occasionna la perte de 17 jeunes français de 41 blessés et de 293 prisonniers.

La mission du lieutenant DARTEVELLE en ce 1er mars fut de soutenir le 114 RI dans le secteur des marais de Saint Jean de Liversay. Après avoir effectué sa mission volant au dessus du village de Ferrière d’Aunis il perdit subitement de l’altitude et vint s’écraser sur un arbre.

Le choc violent ne laissa aucune chance au pilote malgré l’arrivée rapide des habitants de Ferrière.

Monsieur Paul Trémoulinas sortit le corps sans vie du jeune soldat, la dépouille fut ensuite conduite chez Monsieur Louis Chiasson. La gendarmerie de Nuaillé d’Aunis récupéra ensuite son corps pour être acheminé vers le lieu de sa sépulture en région parisienne.

Les restes de l’appareil furent démantibulés par les paysans du coin et le moteur pourtant la pièce la plus lourde disparu à tout jamais.

Jacques Dartevelle né le 24 janvier 1915 à Paris avait à peine 30 ans lorsqu’il périt victime de son devoir à quelques jours de la fin de cette triste guerre. Il laissait une jeune veuve.

Son corps repose au cimetière d’Enghien les Bains.

Brillant militaire qui a fait son devoir héroïquement en 1940 dans des conditions très difficiles pour l’armée Française et qui a sut reprendre du service au moment de la libération du territoire afin de terrasser les derniers occupants de notre patrie.

Le 13 mai 1947 il reçut sa dernière citation à titre posthume .

dartevelle-4

 

Puisse ces quelques phrases ressusciter un instant une victime oubliée de cette tragique épopée.

Ps : L’avion s’est écrasé à proximité de l’actuel mémorial de la poche de La Rochelle

Remerciement à un habitant du village de Ferrières d’Aunis pour les renseignements et les photos.

Advertisements
Cet article a été publié dans Découvertes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s