BALADES D’AUJOURD’HUI ET BALADES D’AUTREFOIS DANS LA VIELLE VILLE DE LA ROCHELLE, ÉPISODE 1

placed'arme

Place de Verdun  1914, vue sur la rue Chaudrier

Les beaux jours vont arriver et la tentation d’aller visiter la ville de La Rochelle va sûrement vous envahir.

Je ne vais pas me transformer en guide touristique mais je vais vous diriger dans notre vieille ville par l’intermédiaire des noms de rues.

Commençons par le commencement, arrivant en voiture il vous faudra vous garer, ce qui l’été reste une épreuve tant les places sont chères ( au sens propre comme au figuré ).

Vous arriverez donc place de Verdun où se trouve un parking de          surface,occupé gratuitement par les policiers du commissariat ( chut il ne faut pas le dire !!!) et où vous ne trouverez pas de place, descendez donc au sous sol.

Cette grande et belle place se nomme donc place de Verdun, avant la grande tuerie, elle portait le doux nom de place d’Armes , encore appelée comme cela par certains vieux Rochelais , parce que les troupes s’y rassemblaient et y manœuvraient.

Bien entendu la place porta d’autres noms, place Napoléon, place du 10 août 1792 ( chute de la royauté ), place royale, place de l’ormeau et place du château.

La place en elle même n’a rien d’extraordinaire, une esplanade avec un manège 1900, quelques places de parking  et la gare routière ( autrefois lieu de départ des tramways, mais j’ai pas connu ).

Historiquement un château féodal existait sur son emplacement, on l’appelait le château de Vaucler et il défendait le premier port de La Rochelle, disparu depuis longtemps. Vous pouvez en apercevoir quelques lambeaux insérés au parking souterrain.

Sur la droite de la place se trouve la cathédrale ( 1742 – 1784 ), architecture classique, rien à voir avec les belles gothiques. Mais allez y faire un tour, visitez, méditez ou priez.

Sur la gauche de la place ne loupez pas le commissariat de police, situé dans l’ ancien hôtel de Craon. Ni allez pas on y dort très mal.

Dans les caves subsistent les geôles de la Gestapo et encore en dessous des départs de Souterrains et des anciens puits.

La police va d’ailleurs quitter ces lieux insalubres pour un bâtiment moderne.

Continuons la balade et prenons au gauche après le commissariat pour nous trouver dans la rue Albert 1er ( roi des Belges héros de la guerre de 14 ) décidément la municipalité avait de l’imagination et je préfère l’ancienne dénomination qui répondait au charmant nom des  » puits doux  » .

Mais laissons cette rue et engouffrons nous rue du Minage, c’est la seule rue de La Rochelle qui a conservé tous ses porches. Elle tient son nom d’un établissement où on percevait le droit par le mesurage des grains. Mine et minot sont des unités de mesure ( d’où minotier ).

La rue porte se nom depuis le 13ème siècle mais on la nommait également rue de la Charreterie.

Un grand nombre d’hôtels et d’auberges s’y trouvait, car les passages et les charroies y étaient multiples. Il y a maintenant beaucoup de magasins et y subsiste un hôtel qui se nomme » France et Angleterre ».  Vous ni trouverez pas les travailleurs typiques d’autrefois car c’est un 5 étoiles .

La rue est intéressante, mais il faut quitter les arcades et se promener au milieu de la route avec la tête en l’air (faites attention ), à La Rochelle le spectacle est souvent sur les façades.

 

rue du minage

En bas de la rue vous trouverez la fontaine du Pilori, elle est magnifique et date de 1723 ( avec cette architecture, car elle est largement antérieure ). Étymologiquement, la fontaine vient de puits Lori et n’a rien à voir avec l’endroit des supplices qui se trouvait sur la place dont on a parlé précédemment.( mais ce sujet reste un sujet à  caution )

L’endroit est splendide mais la faune de SDF qui encombre le site ne vous encourage pas à y rester.

Le magasin carrefour city qui fait l’angle est un grand pourvoyeur de  » Vieux puits  » et de canettes de bières.

 

FONTAINE PILORI

Ensuite vous avez le choix entre la rue des Bonnes femmes et la rue Pas du Minage.

La première tire son nom d’une auberge où apparaissait une enseigne avec des femmes sans tête nommées les Bonnes femmes.

La deuxième qui s’est appelée rue de la Triperie tient son nom de l’accès qu’elle donne à la rue du Minage.

Puis enfin nous arrivons au terme de notre premier déplacement, la place du Marché.

 

MARCHE LA ROCHELLE

La photo date un peu mais rien n’a changé

 

Haut lieu de la vie Rochelaise le marché a été construit en 1834 sur l’emplacement de la vieille boucherie. Même si le kiosque à journaux est moins typique qu’avant et que les sans sels ont disparu l’endroit fleure bon l’ancien temps.

Le poisson est évidement abondant dans les allées, mais pas que. C’est un endroit incontournable, le vieux bâtiment a du charme.

En face du marché il ne faut pas louper la merveilleuse maison en tappe et colombage de charpente et la petite venelle répondant au joli nom   » de tout y faut  ».

Reposez vous un peu, buvez un verre les petits bistros ne manquent pas autour du marché.

L’endroit a toujours été un lieu de commerce, le minage pour le grain, la boucherie pour la viande, la rue de la triperie, mais aussi et donnant sur le marché la rue de la Buffetterie où se situait le quartier des marchands de vin (Cabaretier ), la rue des Cloutiers où se trouvaient des artisans et qui portait les noms de rue de la Grâce Dieu, rue des Saulniers ( commerce du sel qui est à l’origine de la prospérité de La Rochelle ) et rue des Chapeliers.

Le marché est entouré par la rue Thiers ( le massacreur des communards )  cette dernière répondait au nom des trois Marteaux à cause d’un tailleur de pierre qui y tenait enseigne  et par la rue Gambetta ( celui du ballon ) qui se nommait comme de juste, grande rue de la  Boucherie.

La rue Gambetta se nomma également rue du Gros Sein ou de la porte Mallevault ( plus joli que Gambetta ), rue de la Brèche, rue du petit Saint Jean ou Porte Royale et enfin rue du petit Saint Louis. Mais n’oublions  pas, cela serait faire injure à un célèbre archer suisse, elle se nomma Guillaume Tell sous la révolution.

Bon voila j’en ai fini pour le secteur à bientôt pour le reste du périple.

Nota  : Lire les cahiers du père Coutant

Publicités
Cet article a été publié dans Découvertes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s