En guise de préambule /sommes nous tous cousins ?

COUSIN OU PAS COUSIN

L’an 800

L’empereur Charlemagne règne sur un immense empire, le territoire est immense et les difficultés qui assaillent ce grand chef d’état sont innombrables.
Une surpopulation toujours croissante provoque la famine, les surfaces cultivables sont épuisées.
Les forêts ont été rasées depuis longtemps, les marais asséchés et les montagnes colonisées, mais le tout en vain car la demande est trop forte.
Une surpopulation telle que tout ce qui n’est pas cultivé est bâti, de vastes cloaques faits de branches, de paille ou de boue ont surgit partout. Les conditions sanitaires sont exécrables, la population n’a plus à manger et n’a plus accès à l’eau potable.
Des millions de pauvres hères vivent dans leurs déjections et immondices.
Les épidémies font de terribles ravages et les croques morts ne fournissent que difficilement à la tâche, des immenses charniers à ciel ouvert brulent à flot constant
La violence est terrible, des bandes font régner la terreur , les hommes sont contraints de travailler sous la violence et les femmes sont parquées dans d’immenses parcs ou elles servent de bétail sexuel.
Le pouvoir jadis incarné par des Comtes nommés par l’empereur, glisse dans les mains de chefs de bandes.
Charlemagne est enfermé dans sa capitale d’Aix la Chapelle défendue par son armée. Il ne peut plus rien pour la population qu’il avait juré de défendre .
Son intendant vient de lui faire part de la dernière estimation démographique, il est atterré.
16000 MILLIARDS d’individus.

Début vingt et unième siècle.
Je refais mes calculs pour la dixième fois mais c’est mathématique je tombe toujours sur le même nombre effarant
Nous avons environ 256 ancêtres à l’époque de la révolution, 4000 à l’époque de Louis XIII. Nous avons avec un peu de chance la possibilité de vérifier ces données grâce aux archives qui nous sont parvenues.
Mais après.
La progression est constante
Nous arrivons vers l’époque de Saint Louis soit l’an 1250 ,à environ 134 127 728 ancêtres.
Chiffre faramineux, ou sans remonter jusqu’ à la période de l’empereur Charlemagne ,le total d’ancêtre théorique dépasse largement le chiffre total de la population de la future Europe
Mais à cette date reculée plus moyen de vérifier, seule la logique mathématique et statistique permet de se rendre compte.

Si l’on ne peut avoir autant d’ancêtre , la raison en est fort simple. Certain de ces derniers le sont plusieurs fois.
Je m’explique en donnant deux exemples, mon cas personnel et celui du grand roi Louis le XIV dont l’arbre généalogique est plus connu que le mien.
L’un de mes arrière arrière arrière grand père et l’une de mes arrière arrière arrière grand mère apparaissent 2 fois dans mon arbre ascendant, on appelle cela un implexe généalogique. Le mien à ce niveau est de 7 %, c’est le rapport entre le chiffre théorique d’ancêtres et le nombre réel. Plus le nombre d’ancêtre apparaissant plusieurs fois est élevé, plus l’implexe est élevé. Le record appartenant au roi d’Espagne Alphonse XIII qui sur 1024 ancêtres théoriques en avait seulement 111 soit un implexe de 89 %.
A titre d’exemple Louis XIV descendait 368 fois de Saint Louis.
Pour terminer avec ces chiffres, les spécialistes estiment que nous pourrions descendre pour la période de Charlemagne de 2 millions d’individus différents en lieu et place des 16 000 milliards.
Alors oui, nous sommes tous cousin à un degré ou à un autre.

Sachant cela nous pouvons réécrire le premier chapitre

L’an 800

Le territoire sur lequel régnait Charlemagne n’était pas très peuplé, les zones non cultivées étaient immenses, les forêts impénétrables et non défrichées. De vastes zones restaient à exploiter et la population peu nombreuse se répartissait dans un habitat dispersé au milieu d’un paysage encore sauvage et indompté.
Les armées de l’empereur maîtrisaient les peuples et l’autorité des comtes et des évêques était incontestées. La période de défrichage et d’expansion démographique est encore loin
La vie de nos ancêtres était bornée par l’absence de moyen de locomotion , par le manque de voie de communication et par la barrière du langage.
Régis par des coutumes héritées des siècles précédents, par la foi chrétienne
et l’ordre des romains, nos ancêtres pratiquaient l’endogamie.
Cette endogamie où union à l’intérieur d’un même milieu embrassait plusieurs formes. Endogamie géographique, jusqu’au XIX ème siècle 80 à 90 % des hommes allaient chercher compagne dans un rayon de 8 à 10 kilomètres soit 2 heures de marche. Cela réduisait considérablement le choix. Endogamie sociale et professionnelle, pour protéger l’outil de travail où les terres. Endogamie religieuse, bien évidement un catholique n’épousait pas une protestante, sans parler d’une union avec un juif où une juive où un musulman.. Pour satisfaire à ces obligation, les gens d’autrefois n’avaient d’autre obligation que d’avoir recours à des unions dans un cercle très restreint. Il arrivait donc que des cousins éloignés s’unissent entre eux, sans forcement d’ailleurs connaître leur parenté.
Les unions entre parents proches n’étaient pas tolérées par les autorités religieuses et seul un système de dispense pouvait palier à cette rigidité. Une dispense au 4 ème degré délivré par l évêque était obligatoire pour marier des cousins issus de germain.
Ces strictes dispositions contrecarrent les unions de type incestueux de communauté villageoise proche du tribalisme.
Pour des raisons politiques, les rois et les grands féodaux obtenaient des dispenses au 2 ème degré leur permettant des mariages familiaux. Le pape qui les délivrait s’en servait comme monnaie d’échange.
La politique a ses droits que la raison ignore.
Les dirigeants de époque avaient donc tous un implexe très élevé.
Le recours aux unions dans une même famille était donc de l’endogamie familiale, renforcé lorsque l’habitat était isolé et pauvre en ressource humaine, ( montagnes, vallées fermées, îles, zones marécageuses, endroits éloignés des voies de pénétration commerciales.)
L’ensemble de ces causes fait que nous avons un grand nombre d’ancêtres qui apparaissent plusieurs fois.

Publicités
Cet article a été publié dans Histoires familiales. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s